Section Genève

 

Genève

Bienvenue sur la page de la section Genève

 

News
Nouvelle tâche centrale de l’APC : Défense de l’emploi
Il n'y a pas si longtemps (avant 2000), un employé de la Confédération était un "fonctionnaire", nommé pour des périodes de 4 ans. Ces périodes étaient renouvelées jusqu'à la retraite, sauf survenance de faits très graves, tel le détournement de fonds. En conséquence, même en cas de restructurations-réorganisations toujours possibles, on gardait son emploi, même si les fonctions pouvaient changer. On disait alors à l’APC: "Ah, encore une de ces réorganisations! Pas de souci, ce sera comme à la chasse: un coup de fusil éclate quelque part et tous les corbeaux s’envolent de leur arbre préféré. Après un certain temps, ils y retournent au complet. Seul changement : certains ne se trouvent plus sur la même branche qu’avant le coup de fusil.
Les "grandes réformes" de l'armée, intitulées "1995" et "XXI", ont impliqué des compressions massives du personnel. En employeur « social », la Confédération a appliqué les anciennes règles « corvidés » et ceci sans qu’il soit nécessaire d’insister. En l’occurrence, les « vieux » militaires « Pro » bénéficiaient d’une retraite anticipée, tandis que les « jeunes » étaient recasés quasi-automatiquement ailleurs. Par exemple, de nombreux « gardes - fortifications » se sont ainsi retrouvées « gardes – frontières », activité probablement plus dure et nécessitant une mobilité accrue, mais aussi mieux rémunérée. L’essentiel était que le chômage était évité.Avec la LPERS, le vent a hélas tourné. Ceci malgré une ordonnance appelée « Plan social » qui, de fait, visait a pérenniser la règle « corvidé ». Ainsi, de nombreux collègues sont aujourd’hui menacés de licenciement sec, sans bénéficier d’un véritable reclassement. L’intervention de l’APC est alors cruciale comme l’a récemment démontré un recours que nous avons gagné : nos collègues, licenciés dans le cadre de la réorganisation de l’informatique de la CdC, ont dû être réintégrés, l’application de l’ordonnance « Plan social » ayant ayant été en bonne partie oubliée…
Mieux vaut cependant encore prévenir que guérir après coup. C’est dans ce cadre que l’APC exige aujourd’hui systématiquement, dès le début d’une réorganisation, que tout les collègues concernés bénéficient au moins de reclassement. C’est dans ce contexte que notre secrétaire générale vient d’obtenir des promesses de la part du Conseiller fédéral U. Maurer qui est chargé de la mise en œuvre d’une nouvelle réorganisation de l’armée.

 
  
Manifestations

9 mars 2017 l Assemblée générale 

 

 

Le comité

Président: Massimo Tognola et René-Simon Meyer

  l  +41 58 795 95 59

l  +41 58 460 86 06

 

Secrétaire: Sabrina Letizia
  l  +41 58 795 99 34

Caissier: Stéphane Capt
  l  +41 58 795 98 36